← Back to all posts

Réaction à la rubrique l'Oeil de la Terre diffusée sur France 2 le 5 mars 2020

Technical
Le jour du dérèglement a été atteint le 5 mars dernier. La biosphère française — c’est-à-dire les forêts, les sols, les océans — n'est plus en capacité naturelle d’absorber les émissions de gaz à effet de serre émises par la France. Rappelons aussi que la France s'est fixée pour objectif la neutralité carbone à l'horizon 2050. Cela montre donc l'étendue de l'effort à fournir d'ici la moitié du siècle pour atteindre l’équilibre entre ce que nous émettons et que ce notre biosphère est en mesure d’absorber.

A cette occasion, France 2 a « analysé » le principe de compensation carbone volontaire dans sa rubrique L'oeil sur la Terre. Ce reportage appelle les commentaires suivants de la part de ClimateSeed :

1. Le titre « Réduction de CO2 : suffit-il de planter des arbres? », l’introduction par Anne-Sophie Lapix décrivant les « nombreuses entreprises qui proposent de compenser des émissions de CO2 en plantant des arbres » ou encore les raccourcis qui affirment que « planter des arbres est le symbole idéal pour une entreprise qui veut verdir son image » nous paraissent mal adaptés.

👉Il existe en effet un large éventail de projets qui permettent l'évitement ou la séquestration des émissions de CO2 (biogaz, accessibilité à l'eau, gestion des déchets, énergies renouvelables, projets forestiers pour en citer quelques-uns).

👉 Ces projets répondent pour la grande majorité à des méthodologies internationalement reconnues et validées par des experts indépendants qui s'assurent que l'évitement ou la séquestration carbone sur le périmètre du projet est permanent, vérifiable, mesurable et additionnel.

👉Les projets liés à la forêt ne consistent pas uniquement en de la plantation d'arbres ; certains ont pour but de protéger des parcelles de forêts en danger ou de conserver la biodiversité en leur sein.

👉Plantation d'arbres et compensation carbone ne sont donc pas synonymes. Il existe d'ailleurs de nombreuses organisations qui proposent de planter des arbres, mais qui ne vendent pas de crédits carbone volontaires pour permettre à des entreprises de compenser leurs émissions.

2. Les affirmations qui voudraient que « pour les entreprises qui polluent c'est un calcul idéal » ou « ce ne sont que des alibis pour pouvoir continuer à polluer » impliquent que la compensation carbone exonère les entreprises de tout effort pour réduire leurs émissions carbone.

👉Les entreprises considérées comme polluantes par la réglementation sont soumises aux quotas d'émissions. Ces quotas leur fixent une limite d'émission. Si cette limite est dépassée, l'entreprise doit racheter des quotas à d'autres entreprises qui ne l'ont pas atteinte. Il s'agit du Système Communautaire d'Echange de Quotas d'Émission (SCEQE) communément appelé EU ETS (European Union Emission Trade Scheme). Aujourd'hui, ce marché réglementé du carbone n'a pas de porosité avec le marché volontaire du carbone qui connecte des entreprises souhaitant contribuer de manière volontaire à des projets ayant des impacts positifs sur la planète.

👉Évidemment, une entreprise qui chaque année pollue davantage et qui utilise le mécanisme de compensation carbone volontaire comme unique pilier de sa stratégie environnementale fait de « l’enfumage », pour reprendre les mots de Sylvain Angerand de l'Association Canopée.

👉L'utilisation du mécanisme de compensation carbone volontaire pour créer des impacts mesurables qui flèchent les Objectifs de Développement Durable en parallèle d'une stratégie de réduction des émissions ambitieuse ne peut pas être considérée comme du greenwashing.

👉L'enjeu en terme de communication est donc primordial pour que la stratégie environnementale de l'entreprise demeure transparente.

👉ClimateSeed est un membre actif de la Net Zero Initiative lancée par le cabinet Carbone 4 et nous pensons également que les termes compensation carbone et neutralité carbone sont utilisés de façon abusive et qu'il nous paraît plus judicieux de communiquer sur des contributions en faveur du climat.

3. La rubrique analyse enfin le financement d'un projet de bocage par la Poste en France présenté par Laure Mandaron qui, pour reprendre la question de la journaliste Valérie Heurtel, est « censé lui donner bonne conscience ».

👉Ce projet est très certainement issu du Label Bas Carbone qui permet la certification sur le territoire français de tonnes de CO2 évitées ou séquestrées.

👉Le Label Bas Carbone a été lancé car la France fait face au facteur 6 : notre économie émet 6 fois plus de carbone dans l'atmosphère que nos puits de carbone peuvent en capturer, d'où la nécessité pour respecter l'accord de Paris de financer massivement de nouveaux puits de carbone sur le territoire. Les entreprises ont donc un rôle majeur à jouer pour soutenir l'initiative du gouvernement en introduisant ces contributions dans leur stratégie environnementale. Réduire les émissions carbone demeure certes le nerf de la guerre pour aboutir à des modèles de production plus respectueux de l'environnement, mais il est utopique de penser que d'ici 2050 nous atteindrons l'objectif de neutralité carbone sur le périmètre français sans un effort conséquent pour augmenter nos puits.

👉C'est d’ailleurs ce que recommande l’ADEME dans sa note de positionnement sur le principe de compensation carbone volontaire en établissant 5 règles de bonne conduite à destination des entreprises :

• Règle n°1 : Faire et rendre public un bilan des émissions GES, réductions et compensations
• Règle n°2 : Choisir des projets de compensation labellisés
• Règle n°3 : Privilégier des projets présentant des approches « développement durable »
• Règle n°4 : Définir une juste combinaison de projets soutenus sur le sol national et de projets soutenus à l'international
• Règle n°5 : Communiquer de manière responsable

Chez ClimateSeed, nous prenons très au sérieux ces réflexions quant à la place que doit avoir une stratégie de compensation carbone au sein de l'entreprise et assurons systématiquement la promotion des règles de bonnes pratiques de l’ADEME à notre clientèle française.
Article written by

Get in touch with us

We can tackle climate change together! Join an ecosystem of organizations putting sustainability at their core.

Thanks for your submission!

We will get in touch soon with you and your team.